L’UNIVERS ROMANTIQUE ET FLEURI DE FLOLOVE PARIS

L’UNIVERS ROMANTIQUE ET FLEURI DE FLOLOVE PARIS

Délicieuse découverte Instagram, je vous invite à flâner dans l’univers poétique de Flolove Paris. Broderies fleuries, dentelles délicates, cols montants, les créations de la  marque sont romantiques et sensuelles à l’image de leur créatrice.

En 2012, après avoir fait ses armes chez Karl Lagarfeld et aux Galeries Lafayette, Florence Rouchon décide de sauter dans le grand bain et crée sa propre maison de prêt-à-porter. Suivre Flolove Paris sur Insta est un bon moyen de découvrir les inspirations de Florence, sa désinvolture et l’authenticité de sa démarche. La douceur des fleurs est omniprésente dans l’univers Flolove. Ce n’est donc pas étonnant d’apprendre que la créatrice a également une formation de fleuriste.

FLOLOVE_3

Florence est entière et passionnée. C’est avec fierté qu’elle revendique la qualité de ses créations qu’elle produit en édition limitées. Elle imagine et dessine elle-même les broderies de ses collections. Les tissus sont brodés dans un atelier en Picardie où le savoir-faire est pointilleux. La production est ensuite réalisée en Pologne. Certaines pièces en édition très limitée sont entièrement produites à Paris.

À contrario, dans ses Stories Instagram, Florence n’hésite pas à dénoncer sans chichi ni tabou les enseignes qui produisent dans des conditions déplorables, qui malmènent les travailleurs, pour au final fabriquer des produits de qualités médiocres. On se délecte de ses piques incisifs spontanés qui ponctuent la volupté de son univers romantique.

FLOLOVE_2

Les créations de la marque sont commercialisées sur son e-shop. La maison organise également des pop-up store à Paris, forts utiles pour essayer les pièces de la marque, admirer la finesse des créations et sentir la qualité des matières.

 

Crédits photo : Flolove Paris

W.Y.L.D.E, DES VÊTEMENTS 100% RECYCLÉS, 100% TENDANCE

W.Y.L.D.E, DES VÊTEMENTS 100% RECYCLÉS, 100% TENDANCE

On sait qu’aujourd’hui on pourrait complètement arrêter de produire de nouvelles matières pour fabriquer nos vêtements. Avec l’avènement de la fast-fashion, on ne porte plus nos habits en nombre d’années, mais en nombres de mois. Pire encore, on ne porterait que 5 fois nos vêtements ! Dans ce contexte de surconsommation, le recyclage semble être l’avenir de la mode. W.Y.L.D.E en a fait sa spécialité. Découverte de cette marque au développement prometteur.

Depuis 2013, W.Y.L.D.E revendique une mode tendance 100% recyclée. Créé par Clarissa Acario, brésilienne d’origine mais française de coeur et d’adoption, la jeune créatrice s’est engagée pour révolutionner la mode. Clarissa chine, redonne vie à des vêtements vintage, les découpe, les coud à la main pour en faire des pièces uniques d’exception. Les collections W.Y.L.D.E s’inspirent de la musique, de l’art et de la culture urbaine, tout en étant intemporelles. Le style de la marque est contemporain, graphique, avec une touche rock. La jeune créatrice enrichit les vêtements en ajoutant des broderies, des clous, des zips,… Recycler divers pièces et accessoires rend le jeu créatif encore plus excitant.

WYLDE_2

L’engagement éthique et le développement durable sont des valeurs fortes de la marque. C’est la raison pour laquelle Clarissa a fait le choix d‘une mode «Made in France» responsable et solidaire. Matières premières et fabrication sont garanties au cœur d’un circuit court français. À chaque saison, la marque présente un dressing complet en toiles fabriquées à partir des fibres 100% recyclés, en série limitée. Pour Clarissa, il est possible de produire sans détruire. À l’opposé de la fast-fashion, W.Y.L.D.E est dans une logique de cercle vertueux de la mode. Qualité des produits, respect de l’environnement et des filières, transparence pour le consommateur sont dans l’ADN de la marque.

WYLDE_3

W.Y.L.D.E ce sont des collections capsules mixtes à prix justes. On peut acquérir une pièce de créateur unique autour de 100€-300€, ce qui est tout à fait raisonnable pour un vêtement Made in France. Les collections sont commercialisées sur l’eshop de la marque, ou dans quelques points de vente à retrouver ici.

Crédits photo : W.Y.L.D.E 

CENTRE COMMERCIAL : LE BEAU ET LE RESPONSABLE

CENTRE COMMERCIAL : LE BEAU ET LE RESPONSABLE

Avant de me lancer dans la mode éthique, j’appréciais particulièrement le concept store du XXème arrondissement de Paris :  Centre Commercial. Je ne m’étais jamais posé de question sur ce lieu, j’aimais beaucoup y flâner, en repartir avec une belle pièce ou un cadeau pour mon mec. Et puis, je me suis mise à acheter plus responsable, alors j’ai cherché des boutiques répondant à mes critères de traçabilité de production. En effectuant plusieurs recherches sur le net, j’ai appris que Centre Commercial avait été fondé par les créateurs de Veja. Ni une ni deux, connaissant les valeurs de la marque de baskets, je suis allée faire un tour sur le site web du concept store que j’ai souvent pratiqué sans jamais me préoccuper de qui était dernière le projet, et je suis tombée sur la rubrique « Qui sommes-nous ». Et bim, j’apprenais que Centre Commercial avait une démarche responsable. Rien dans leur com ne laissait vraiment présager la politique de l’enseigne. Les produits sont certes très qualitatifs et inspirent le bien produit, mais pas de tagline qui laisse transparaitre un quelconque engagement éthique.

J’ai donc appris que Sébastien Kopp et François-Ghislain Morillon qui ont fondé Veja pour fabriquer des baskets différentes avaient décidé de créer un lieu entre le magasin et l’espace de création pour commercialiser des marques qui ont pour point commun la transparence de leur production : elles « savent où sont leurs usines sans forcément y attacher une grande importance. Nous voulions un lieu où nous pouvions réunir nos engagements vis-à-vis de la mode, de l’écologie et du social » déclare Sébastien Kopp.

CENTRE_COMMERCIAL_V2

Ainsi les produits que l’on trouve chez Centre Commercial sont sélectionnés selon leur qualité, leur design mais surtout sur leur mode de fabrication. Les marques proposées ne sont pas toutes éthiques dans le sens où elles n’ont pas forcément réfléchi à leur démarches sociales ou environnementales, mais elles ont le mérite de produire en Europe (Portugal, Espagne, France, Italie, Royaume-Unis) ou si c’est ailleurs, dans des conditions de travail respectables. « Centre Commercial est un mélange d’engagements – ce n’est pas un magasin, c’est un mouvement ».

Chez Centre Commercial, on trouve des marques telles que Bleu de Paname, Suzie Winkle, Roseanna, St James, Church’s, Paraboot, Birkenstock,… Elles sont également en vente sur l’e-shop.

Par ailleurs, les fondateurs du concept store ont pensé le lieu rue de Marseille comme un espace qui peut accueillir des évènements et des rencontres. « Nous voulions associer la mode écologique et sociale, pour créer l’un des lieux les plus cools. » Ainsi Centre Commercial accueille régulièrement des lancements de produits, des collaborations de marques, des vernissages,…

Enfin, depuis deux ans, Centre Commercial a fait un petit et a lancé une version Kids. Tout aussi pointu, l’espace enfants réponds aux mêmes critères d’exigence et propose des marques tels que Bobo Choses, Mini Rodini, The Animal Observatory, Moumout, Emil & Ida,… Toutes plus cute les unes les autres…

CENTRE_COMMERCIAL_V3

On ne va pas se mentir, les produits vendus chez Centre Commercial ne sont pas donné, mais l’idée quand on achète responsable c’est de limiter le nombre de pièces que l’on acquiert au profit de la qualité. Le concept store commercialise des vêtements que l’on garde dans le temps, des intemporels qui ne se démodent pas, d’ailleurs les fondateurs disent détester les vêtements à la mode. Personnellement, j’adore y aller pour des cadeaux, c’est l’occasion d’acheter de belles pièces sans culpabiliser sur les conditions de fabrication !

CENTRE COMMERCIAL
2, rue de Marseille – 75 010 Paris


CENTRE COMMERCIAL KIDS
22, rue Yves Toudic, 75 010 Paris

Crédits photo : Centre Commercial

 

BLACK VERVEINE : MODE ÉTHIQUE ET GRAPHIQUE MADE IN FRANCE

BLACK VERVEINE : MODE ÉTHIQUE ET GRAPHIQUE MADE IN FRANCE

Quand on parle de mode éthique, très vite on a dans la tête des images de vêtements type sarouel… J’ai créé ce blog pour mettre en lumière des marques responsables modernes allant à l’encontre des clichés. Black Verveine reflète exactement cette volonté. Crée par Aurélie Guilbaud, une jeune styliste nantaise, la marque française propose une collection graphique et épurée.

BLACK_VERVEINE_V2

Pour la créatrice de Black Verveine, « fabriquer des vêtements en France était une évidence ». Mais pas avec n’importe quelles matières. Aurélie Guilbaud est particulièrement vigilante aux conditions de fabrication de ses collections, mais également sur la provenance des matières. C’est la raison pour laquelle, Black Verveine collabore avec des fournisseurs de matières biologiques qui garantissent le travail humain et la préservation de l’environnement.

Ainsi, la jeune marque utilise du coton cultivé en Ouganda ou au Kirghizstan, filé et tissé en Suisse ou en Allemagne, et teint en Allemagne. Le tout certifié Fair For Life, GOTS et IVN. Le satin et la popeline sont fabriqués en coton biologique provenant de Turquie, certifié GOTS. La crêpe est également en coton cultivé en Turquie ou en Inde, filé en Italie, tissé et teint en France, certifié GOTS. Enfin, on trouve de la soie biologique « Ahimsa » ou « Peace silk » tissée main et teintée par des artisans indiens utilisant des teintures sans métaux lourds. Cette soie est réputée pour être non-violente envers l’animal.  

BLACK_VERVEINE_V3

Black Verveine est une marque de créatrice de qualité et même si les prix peuvent sembler élevés, ils justifient de bonnes conditions de fabrication. Les pièces sont intemporelles et pourront être portées longtemps ! Consommons moins, mais consommons mieux.

 

Crédits photo : Black Verveine

LES JEANS 💀👖 INDÉMODABLES POLLUEURS

LES JEANS 💀👖 INDÉMODABLES POLLUEURS

S’il y a bien un vêtement qui est universel, pour petits et grands, hommes ou femmes, pauvres ou aisés, ce sont bien les jeans !  On trouve de plus en plus d’articles dénonçant leurs impacts néfastes environnemental et humain. Retour sur la fabrication des produits denim.

On doit l’origine du jean à Levi Strauss, commerçant de tissus, et Jacob Davis tailleur dans le Nevada. Ils fabriquent en 1853 leurs premiers jeans commercialisés par Levi Strauss & Co. Taillés dans des toiles de tente en denim, ce sont des pantalons très résistants renforcés par des rivets en cuivre au niveau des poches et braguette. La toile denim est composée essentiellement de fibre de coton qui selon certaines sources serait originaire de Nîmes (d’où le nom denim pour la légende).  Le jean remporte un vif succès auprès des bûcherons et des mineurs. Dans les années 50, il est l’emblème de la rébellion et de la révolte des jeunes. Puis à partir des années 60, le jean connaît une ascension spectaculaire et devient un incontournable des dressings.

Si vous avez conservez d’anciens jeans, amusez-vous à regarder les étiquettes. Il me reste un vieux Levi’s du lycée qui a été fabriqué en Espagne. Or aujourd’hui, c’est très difficile de trouver un jean made in Europe. La plupart des jeans sont fabriqués à l’autre bout du monde. Le denim est victime de la mondialisation. Même une marque comme APC qui s’est fait connaître pour la qualité de ses jeans les fabrique en Chine.

Le jean est aujourd’hui un produit vestimentaire de fast-fashion comme les autres. Il est d’ailleurs vendus par les grandes enseignes telles que Zara, H&M ou Gap. Cependant même les marques américaines comme Levi’s ou européennes comme Diesel (Italie) ou Lee Cooper (Royaume-Unis) délocalisent leurs usines en Asie, Turquie ou pays du Magreb, là où les prix défient toutes concurrences et les conditions de travail échappent à tous contrôles. Poursuivre la lecture de « LES JEANS 💀👖 INDÉMODABLES POLLUEURS »