CUS, marque barcelonaise 100% transparente

CUS, marque barcelonaise 100% transparente

En Espagne, notamment à Barcelone, il y a un vivier de marques éco-responsables. Nouvelle découverte espagnole : la marque CUS qui développe deux collections pour femme sous les labels CUS et CUS VIVA. Il s’agit de vêtements sobres et élégants, aux coupes graphiques.

La marque met en avant des principes fondateurs qui reflètent les valeurs éthiques de CUS.  Tout d’abord, par attachement à la capitale catalane, les fondateurs ont mis un point d’honneur à fabriquer les collections CUS à Barcelone. C’est là qu’ils vivent et c’est tout naturellement là qu’ils souhaitent développer l’économie locale et ainsi réduire leur impact carbone en encourageant une mode de proximité. Les collections CUS VIVA sont quant à elles fabriquées au Portugal.

CUS_2

La transparence est un point essentiel pour la marque qui ne travaille qu’avec des prestataires de confiance. C’est la raison pour laquelle, toutes les matières utilisées pour la confection des produits sont minutieusement sourcées, elles proviennent pour la majorité d’Europe et sont labellisées GOTS ou Oeko-Tex®. Les tissus sont également choisis dans un souci environnemental : coton bio, laine et coton recyclés, Tencel® (fibres produites à partir de pulpe de bois),… Les couleurs des vêtements sont obtenues par des procédés naturels, sans ajout d’agents chimiques.

L’engagement de la marque est également social : pour lutter contre l’exclusion, les collections de la marque sont fabriquées par des femmes en réinsertion.

CUS_3

Actuellement, la marque n’est pas encore distribuée en France, mais elle est accessible via son e-shop sur le web. Les frais de port pour la France sont de 15€, mais espérons vite retrouver CUS sur un site marchand français !

Crédits photo : CUS

LA PETITE FABRIC DE VÊTEMENTS BIO POUR NOS MARMOTS

LA PETITE FABRIC DE VÊTEMENTS BIO POUR NOS MARMOTS

Il y a quatre ans, lorsque je suis devenue maman, il n’y avait quasiment aucune marque française qui fabriquait des vêtements en coton bio. Heureusement, les mentalités évoluent et on trouve de plus en plus de marques qui s’engagent dans la confection de vêtement sans produits nocifs pour les peaux fragiles de nos tout-petits. C’est notamment le cas de La petite fabric.

Ce nouvel acteur de la mode enfantine française est né de l’alliance des savoirs-faire de Claire et Charlotte, deux sœurs et mamans de petits bouts. Charlotte, qui travaillait dans une agence de communication spécialisée en puériculture, imagine les produits et recherche les tissus ; et Claire, styliste de formation, fabrique à la main chaque pièce de A à Z dans un atelier de Villenave-d’Ornon près de Bordeaux.

LA PETITE FABRIC_2

Chaque tissu est sélectionné avec soin chez des fournisseurs français et européens, qui peuvent garantir la qualité des matières dont la plupart sont certifiés OEKO-TEXLe bien-être des petits loups est au centre des préoccupations des créatrices, et pour cette raison, elles ont choisi de ne pas mettre d’étiquette taille à la nuque mais une sérigraphie qui répond aux normes REACH et OEKO-TEX.  Les étiquettes de composition sont quant à elles 100% coton pour plus de douceur. Le confort des petits est un pilier de la marque qui s’efforce à créer des vêtements dans lesquels les enfants peuvent grandir et jouer en toute liberté.

LA PETITE FABRIC 3

Avec La petite fabric, Claire et Charlotte proposent des collections capsules de vêtements et accessoires de la naissance à deux ans, en série limitées. Les prix correspondent à une gamme moyenne : le pantalon ou t-shirt à partir de 35€, le sweat à 42€ ; ce qui est plus que raisonnable pour des vêtements made in France fabriqués à la main. Dans un souci de préservation de notre planète, tous les cartons d’emballage sont recyclables. Comme le disent Claire et Charlotte : Une fois chez vous, c’est à vous de jouer !

Crédits photo : La petite fabric

 

POUDRE ORGANIC, DU BEAU ET DU BIO POUR NOS ENFANTS

POUDRE ORGANIC, DU BEAU ET DU BIO POUR NOS ENFANTS

Lorsqu’on devient parent, on est pris d’une envie effrénée de donner à ses enfants le meilleur. À leur contact, on devient des as de la purée maison, on reprend goût aux ballades dans la nature et on cherche à éloigner d’eux tous produits chimiques et nocifs. Ainsi, on privilégie les vêtements en matière bio, qui ne risqueront pas d’abîmer leur petite peau toute douce. C’est exactement ce qu’à chercher à faire Manon Frottier lorsqu’elle a créé sa marque Poudre Organic.

Maman de 3 ans vivant à Auxerre, Manon Frottier adore la matière des langes en coton, elle les collectionne et s’en sert pour emmailloter ses enfants, en faire des bavoirs,… Créative, elle décide de confectionner à partir d’un lange une petite blouse pour sa petite dernière Brune. Elle prend sa fille en photo et poste l’image sur Instagram. Très vite son nombre de followers explose alors qu’elle continue ses créations. L’idée de monter sa marque lui vient naturellement et en 2014, et après 7 ans passés à tenir une boutique multi-marques pour enfant, Manon Frottier saute le pas et fonde Poudre Organic.

POUDRE_ORGANIC_3

On craque pour l’univers romantico-rétro de Poudre Organic. Les collections sont soignées, dans de jolies couleurs d’épices. Manon Frottier dessine ses vêtements elle-même. Elle envoie ensuite ses croquis à un atelier de stylisme basé à Porto, qui les adapte en patronages. Du tissage à la teinture, en passant par la sérigraphie, toute la confection est réalisée au Portugal à partir de coton issu de l’agriculture biologique, certifié GOTS et Oeko-Tex.

En trois ans, Poudre Organic n’a cessé de grandir. La marque ne se contente plus que de commercialiser des vêtements en tissu lange. Dorénavant, Poudre Organic crée des vêtements en jean, en maille, une ligne de linge pour enfants, ainsi qu’une collection pour les mamans.  Au fur et à mesure que les enfants de Manon Frottier grandissent, la marque agrandit son offre et habille maintenant les enfants jusqu’au 12 ans.

POUDRE_ORGANIC_2

Poudre Organic est commercialisé sur son e-shop, chez Smallable et Centre Commercial. La marque est également présente dans une centaine de points de vente et s’exporte très bien, notamment dans les pays scandinaves, mais également aux Pays-Bas, Corée du sud, Australie et aux États-Unis.

Cette marque éthique éco-friendly est plutôt accessible. Les prix sont abordables : comptez 18€ pour un legging, 39€ le pyjama, la blouse dès 39€.

 

Crédits photo : Poudre Organic

LOOTZ, LE CERCLE VERTUEUX DE LA MODE ENFANT

LOOTZ, LE CERCLE VERTUEUX DE LA MODE ENFANT

Consommer moins, consommer mieux, consommer responsable est une devise facilement applicable pour les adultes. Mais pour les enfants, c’est bien plus compliqué, car à chaque poussée de nos petits, il faut renouveler l’ensemble de leur penderie ! Tous les parents constatent rapidement que ça leur coûte un bras, et que c’est un gros gâchis si on fait le ratio dépense vêtement/nombre de fois porté. Eh oui, nos petits loups grandissent vite, très vite !! Mais c’était sans compter sur Lootz !

Jeune maman, Andra Liepina, a eu une idée de génie (les mamans sont les meilleures, hein !). Après 11 ans passés à travailler dans les resources humaines, elle a décidé de monter son entreprise de vente en ligne de vêtements pour enfants avec un concept bien original. Andra imagine un cercle vertueux de la mode enfant : acheter des vêtements neufs dans l’air du temps, puis les renvoyer à Lootz dès que les enfants deviennent trop grands pour les porter. En échange, vous recevez un bon de réduction de 15%. S’ils sont en bon état, les habits récupérés par Lootz seront ensuite revendus sur le site, dans la rubrique occasion. Autre avantage, il n’est pas nécessaire de renvoyer tous les vêtements commandés pour bénéficier de réduction. 

LOOTZ_ALBA

Cette démarche permet de recycler les vêtements qui seront vendus à des prix très intéressants, et offre la possibilité aux parents de revenir sur le site et acheter moins cher grâce à leur bon de réduction de 15% obtenu en renvoyant les vêtements déjà portés par leurs petits loups. La boucle est bouclée : achat, recyclage dans le circuit d’occasion et renouvellement des vestiaires de nos enfants à des prix abordables ! Ne soyez pas étonné si la rubrique occasion est actuellement vide, le site démarre, les clients n’ont pas encore pu renvoyer les vêtements déjà portés, il faudra attendre la saison prochaine.

LOOTZ_Serendipity

Ce concept est d’autant plus responsable que tous les vêtements commercialisés sont bio. Les marques sélectionnées : Alba, nOeser, Serendipity Organics, Smafolk, Ubang, sont des marques danoises et hollandaises sélectionnées pour leur qualité. Certifiés GOTS et/ou Oeko-Tex®, les habits sont tous confectionnés à partir de matières naturelles et biologiques, cultivés sans pesticide et dans de bonnes conditions sociales. C’est d’ailleurs impressionnant de voir la liste des labels et certifications obtenus par ces marques, la mode scandinave est vraiment en avance sur les questions éthiques et écologiques.

LOOTZ_UBANG

Un grand bravo à Andra Liepina qui vient tout juste (depuis le 5 septembre !) de lancer son site. Souhaitons-lui beaucoup de succès. Ça se passe sur le site de Lootz.

 

Crédits photos : Alba, nOeser, Serendipity Organics, Ubang.

DIKT’ART, LE STREETWEAR RESPONSABLE

DIKT’ART, LE STREETWEAR RESPONSABLE

J’aime l’idée que la mode responsable est partout où on ne l’attend pas. Je m’explique, quand je parle de ma démarche de consommation éthique, c’est comme s’il me poussait un sarouel à travers les yeux de mes interlocuteurs ! Aujourd’hui, je vais vous parler streetwear et mode éthique, oui, oui, ça existe, et notamment de Dikt’art.

Dikt’art est une marque unisexe française fondée début 2015 à Tours par Paul Aimé, alors fraîchement diplômé d’un bachelor de l’Esten Sup’Édition (l’école tourangelle multimédia spécialisée dans les métiers de l’édition et de la communication). Passionné par la mode, le graphisme et le street art, Paul s’entoure d’artistes pour créer ses collections. Le skateboard, la culture hip-hop, la photographie, l’art contemporain sont des sources d’inspirations indéniables pour la marque de streetwear. Mais le jeune fondateur se focalise également sur la qualité et l’éthique de sa marque. Tous les articles sont imprimés en France en sérigraphie ou à l’aide d’une imprimante numérique.

OK, c’est bien beau d’imprimer en France, mais d’où viennent les T-shirts et sweats ? Hors de question pour Dikt’art de fabriquer ses vêtements dans des conditions sociales plus que douteuses, Paul souhaite inscrire son projet dans une politique de développement durable. Les produits sont fabriqués en Asie (Chine et Bangladesh) et en Europe pour quelques créations particulières (Portugal et Turquie). Mais attention, pas dans n’importe quelles conditions. La marque collabore avec peu de prestataires, ce qui lui permet de contrôler la qualité des usines et de s’assurer du respect des normes sociales et environnementales. Dikt’art souhaite être très transparent sur sa production, notamment sur la partie asiatique. « La question qu’il faut se poser n’est pas où nous produisons mais plutôt comment nous produisons. Comme d’autres marques responsables, nous avons prouvé qu’il est possible de produire en respectant la condition des travailleurs et au delà de ça en les aidant à développer de nouvelles compétences et être contents et fiers de leur travail. » L’idée est donc de travailler dans le temps avec les fournisseurs pour améliorer la qualité des produits ainsi que de progresser sur l’évolution sociale des mentalités et des pratiques. Pour mener à bien ce défit, Dikt’art est devenu membres de la Fair Wear Foundation (je vous renvoie à l’article guide des labels).

DIKTART_V3

Par ailleurs, dans un souci de protection de l’environnement, Dikt’art n’utilise que du coton biologique, de la laine, du tencel, du modal ou du polyester recyclé. L’avantage du coton bio c’est la réduction de consommation d’eau nécessaire à sa production ainsi que l’absence de pesticides. Quant aux matières synthétiques, elles proviennent du recyclage des déchets plastiques. Le tout labélisé GOTS, Ecocert et Oeko tex.

Découvrez la collection actuelle dans la vidéo ci-après :

L’avantage de produire en Asie, ce sont les prix accessibles. Les sweats sont à partir de 39€ pour les femmes, 45€ pour les hommes et les T-Shirts à 29€.

Crédits photo : Dikt’Art