SÉLECTION LINGERIE RESPONSABLE

SÉLECTION LINGERIE RESPONSABLE

La lingerie participe à l’industrie de la mode, qui pour rappel, est la deuxième industrie la plus polluante au monde. Outre l’impact négatif sur l’environnement, nos petites culottes peuvent s’avérer néfastes pour notre santé. En contact avec les parties les plus intimes de notre corps, les produits chimiques présents dans les matières utilisées peuvent avoir un effet dangereux pour notre peaux et nos muqueuses. Nos sous-vêtements peuvent également être source de mauvaises conditions de travail. Voici une sélection de lingerie responsable.

1/ Soutien-gorge Lana bralette et culotte Lana hipster Underprotection en lyocell et polyester recyclé, fabriqués en Inde (label Fair Wear Foundation).

2/ Soutien-gorge La Lou noire et culotte Zaza noir Le Slip Français en coton, fabriqués en France.

3/ Soutien-gorge et tanga Imani Girls in Paris en polyamide et élasthane fabriqués en Chine dans le respect des normes sociales et environnementales, certification REACH.

4/ Soutien-gorge et culotte Fleurette Esquisse Lingerie en polyamide et élasthane. Tissés en Ardèche chez le spécialiste européen du tissu élastique, labellisé OEKO-TEX® Standard 100. Fabriqués en France.

 

LINGERIE_2

5/ Soutien-gorge et culotte Claudine Peau éthique en coton biologique et soie.  La marque fabrique ses produits en Inde, Turquie et Tunisie de manière éthique selon les critères du Commerce Equitable.

6/ Soutien-gorge et culotte Tropicool La Bobette en coton et élasthane fabriqués en France. 12% du prix de fabrication est reversé à l’artiste qui crée le motif. 

7/ Bandeau et culotte Fleur de coton L’air de rien en coton fabriqués à l’Île Maurice de manière éthique et artisanale.

8/ Soutien-gorge et culotte Winter Jungle Noo fabriqués avec des matières européennes choisies et confectionnés de manière éthique en Tunisie.

LINGERIE_3

9. Soutien-gorge et culotte Do you green, dont le tissu est fabriqué en France en fibre de pin végétale bio labelisé Oeko-Tex confectionnés en Tunisie.

10. Tanga Nono Lingerie en soie française, fabriqué à la main en France.

11. Culotte Darling Olly en coton bio fabriqué en Inde certifié GOTS, dentelle de Calais fabriquée en France, teintures labélisés Oeko-tex (sans additif de produits nocifs), le tout confectionné en Hongrie.

12. Body Emily Baserange en modal (fibre de bois), teinture sans ajout de produits chimiques, fabriqué au Portugal, vendu sur le site L’Exception

 

 

NE VOUS DÉPLAISE… WANTED GINA LE RÉTRO MODERNE MADE IN FRANCE

NE VOUS DÉPLAISE… WANTED GINA LE RÉTRO MODERNE MADE IN FRANCE

Coup de coeur pour la marque française Wanted Gina ! Si vous êtes adeptes d’une mode graphique bien coupée, que vous privilégiez les belles matières, alors courez sur l’eshop Wanted Gina ! Pour cet hiver, Clarisse Mizrahi, la créatrice de Gina, a imaginé une collection s’inspirant de Jane Birkin et d’une ambiance Seventies, dont chaque pièce porte le nom d’une chansons de Gainsbourg. Couleurs rétro, jupes trapèzes, pulls col cheminée, pantalons droits tailles hautes, bien qu’un brin nostalgique, les vêtements Wanted Gina sont chics et modernes. J’aime, j’aime, j’aime !

WANTED_GINA_2

Derrière Gina, on trouve Clarisse Mizrahi. Elle fonde Wanted Gina en 2013 après avoir passée 10 ans en tant qu’administratrice de production d’une compagnie internationale d’arts de rue. 10 ans à chercher des financements, organiser des spectacles, faire la chef d’orchestre avec les équipes techniques et artistiques. Et puis l’envie de diriger son propre atelier de création est né. Alors âgée de 28 ans, Clarisse Mizrahi laisse tout tomber, change de vie, s’enferme pendant un an pour se perfectionner en couture, créer, dessiner, concevoir des patrons. En septembre 2013, la première collection de Wanted Gina était prête.

WANTED_GINA_3

Clarisse Mizrahi dessine toutes les pièces de ses collections, crée les patrons, choisit les tissus qui proviennent de France, Italie ou Portugal. Les modèles sont travaillés minutieusement jusqu’à obtenir une coupe impeccable. La confection est ensuite réalisée dans des ateliers parisiens. L’ensemble des vêtements Wanted Gina est donc made in France. 

La marque est distribuée dans sa boutique à Rennes ainsi que sur son eshop. Les prix sont très abordables pour des produits fabriqués en France. Comptez 95€ le pantalon, 85€ le sweat, 135€ le pull, ou encore 85€ la jupe.

OLOW, LABEL ARTISTIQUE ÉTHIQUE

OLOW, LABEL ARTISTIQUE ÉTHIQUE

Dans le paysage des marques masculines responsables, Olow est un acteur à ne pas manquer. Fondée en 2006 par Mathieu Sorosina et Valentin Porcher à Montreuil, la marque originaire de Seine Saint-Denis s’est affirmée entre la culture street et la mode masculine intemporelle.

Chaque saison, Olow s’inspire de l’atmosphère du moment pour créer des collections allant des basiques aux imprimés audacieux. Plus qu’une marque de prêt-à-porter, Olow est un label artistique. Mathieu Sorosina et Valentin Porcher collaborent avec différents artistes et sortent régulièrement des collections capsules. En ce moment, c’est l’artiste Jean Jullien qui est mis à l’honneur avec des motifs inspirés de la BD (à découvrir ici). Par ailleurs, la boutique (48, Rue de Montmorency – Paris – 3ème) expose sans cesse des dessinateurs, peintres, graphistes ou encore sculpteurs. Depuis plus de onze ans, Olow possède à son actif une centaine de collaborations artistiques sur le textile, des expositions, concerts et films, ainsi qu’un magazine papier.

OLOW_2

Outre sa culture artistique, la marque se veut exemplaire sur la production de ses produits. Ainsi, Olow s’efforce de commercialiser des vêtements de qualité fabriqués au Portugal, à quelques kilomètres de Braga, dans des usines familiales. L’éthique est au centre des valeurs de Mathieu Sorosina et Valentin Porcher qui connaissent parfaitement leurs prestataires. Le choix du Portugal s’est fait dans un souci de «développement durable, social et économique à l’échelle européenne». Il s’est également imposé du fait que leurs fournisseurs parlent français, ce qui n’est pas négligeable dans le choix d’un prestataire.

OLOW_3

Vous pouvez retrouver la collection d’Olow sur leur e-shop, dans leur boutique, ainsi que dans plus de 200 points de vente. Les prix correspondent à une gamme moyenne, et bien plus abordables que certaines marques qui fabriquent en Asie sans aucune transparence sur leur production.

Crédits photos : Olow

LES RÉCUPÉRABLES : L’UPCYCLING EST L’AVENIR DE LA MODE

LES RÉCUPÉRABLES : L’UPCYCLING EST L’AVENIR DE LA MODE

Si vous vous intéressez de près à la mode éthique, vous avez dû entendre parler des Récupérables. À coup de com extrêmement bien ficelée, la marque d’upcycling lance sa nouvelle collection Kotidienne sur la plateforme participative Ulule.

Quel est le concept des Récupérables ? Tout commence dans la tête d’Anaïs Dautais Warmel. En effet, la jeune créatrice téméraire et audacieuse a eu l’idée de créer sa marque alors qu’elle était responsable de la boutique solidaire La Toute Petite Rockette, annexe d’une ressourcerie parisienne. Face à l’afflux de tissus jetés à la décharge, Anaïs a imaginé un concept où des vêtements modernes et branchés seraient confectionnés à partir de tissus de seconde main. Recycler de l’ancien pour en faire du nouveau, c’est cela l’upcycling. Les Récupérables s’inscrivent dans un projet de mode circulaire. La marque puise ses ressources dans ce qui a déjà été consommé, laissé de côté et ce malgré la qualité qui perdure, et profite de cette occasion pour transformer cette désuétude en branchitude avant de la remettre en circulation. La boucle est bouclée !

LES RECUPERABLES_V2

Depuis 2015, Les Récupérables proposent des vêtements fabriqués à partir de nappes, rideaux, draps et tissus d’ameublement vintage. Les collections sont disponibles en édition limités, mais suivent une direction artistique précise et cohérente qui donne une personnalité propre à la marque. À chaque collection, on retrouve des motifs floraux, des carreaux, mais également des pièces unies. Pour sa nouvelle collection Kotidienne, la marque propose des sweats aux manches motifs cachemires. C’est un mix parfait qui illustre bien l’ADN de la marque : la modernité sublimée par l’ancien.

Kotidienne, c’est une collection de 9 modèles : un headband méga tendance, un sac convertible cabas/sac à dos super pratique, un T-shirt imprimé (vous savez, l’indispensable des parisiennes de la fashion week !) en coton bio, un sweatshirt streetwear qui plaira autant à mémé qu’aux skateurs branchés, une robe chic et graphique, un pantalon à pinces pour une silhouette fuselée de working girl au top, une jupe taille haute mi-longue justement qualifiée de rétro-graphique par le magazine Hummade, un chino must have du dressing masculin, un kimono revisité à porter oversize pour un look loose assumé.

LES RECUPERABLES_V3

Autre information, et pas des moindre, toutes les pièces Les Récupérables sont confectionnées dans des ateliers de réinsertion sociales ou de petits ateliers parisiens. Ainsi en achetant une pièce de la marque, on contribue à la promotion d’une mode responsable, du développement durable et de l’économie locale et solidaire. Alors foncez sur Ulule, les pré-ventes partent comme des petits pains !

Crédits photos : Les Récupérables

JagVi, ÉLÉGANCE ET CONFORT MADE IN EUROPE

JagVi, ÉLÉGANCE ET CONFORT MADE IN EUROPE

On me demande souvent quels sont les critères pour connaître les marques qui produisent dans de mauvaises conditions sociales. Les très bas prix peuvent être un bon indicateur. Cependant, les tarifs ne sont pas toujours représentatifs des conditions de fabrication. En effet, de nombreuses marques se situent sur des gammes de prix moyens et produisent néanmoins dans les mêmes usines que les géants de fast-fashion. Et elles se payent nos têtes en indiquant « design in France » ou « créé en France », histoire de laisser penser que la fabrication de leurs produits est française. Made in Responsable a pour vocation de faire découvrir des marques qui produisent en soignant la qualité de leurs créations, ce qui va souvent de paire avec les conditions des travailleurs textiles. C’est notamment le cas de la marque JagVi.

JAGVI

Créée en 2012 au bord du lac d’Annecy, la marque française JagVi est une association de deux mots suédois « Jag » signifiant « moi » et « Vi » signifiant « nous ». Le « nous » c’est Pierre-Yves Bomey et Christine Poirier. Rien n’a été improvisé, les deux associés avaient déjà un pied dans l’industrie du prêt-à-porter, Pierre-Yves Bomey étant l’ex-directeur retail du groupe Lafuma et Christine Poirier, styliste pour divers marques. Ce qui les a rapproché, c’est leur goût pour les produits aux finitions impeccables, élégants et décontractés. C’est la raison pour laquelle, ils se sont lancés dans l’aventure JagVi avec pour point de départ de créer des vêtements pour le voyage de bonne facture et raffinés avec comme devise « Tailormade for smart travellers ».

JAGVI_3

Les collections JagVi sont fabriquées dans des ateliers artisanaux en France, Italie et Portugal. Le choix des matières est primordiales qu’elles soient naturelles ou techniques. Tissus, laines ou autres matières proviennent de régions reconnus pour la durabilité et la qualité des produits, tels que le Japon, l’Italie, l’Allemagne et la France. La marque préfère utiliser des matières produites en petites quantités afin d’assurer une longévité de vie aux vêtements. Produire moins mais produire mieux en somme.

Les collections JagVi sont disponibles sur l’eshop de la marque ou sur le site marchand  L’Exception. Les prix sont abordables, on est sur une gamme moyenne : la chemise à partir de 125€, 130€ le pantalon, 125€ le sweat,… Alors messieurs, oubliez les marques dont la communication véhicule des images de branchitudes et de qualité, mais qui fabriquent dans des conditions similaires aux grandes enseignes de fast-fashion et prévilégiez les marques qui soignent leur production.

Crédits photo : JagVi