L’OPACITÉ DES MARQUES HAUT DE GAMME D’H&M : & OTHER STORIES ET COS

L’OPACITÉ DES MARQUES HAUT DE GAMME D’H&M : & OTHER STORIES ET COS

Soyons honnête, s’habiller responsable ce n’est pas toujours simple. Si l’on convient facilement que l’on vit dans une société où la surconsommation est reine, que la communication nous pousse à acheter toujours plus, il est parfois difficile de sortir des sentiers battus, surtout si comme moi, vous avez baigné dans ce système. Il y a des marques auxquels on s’attache, que l’on affectionne. Lorsque j’ai décidé de consommer une mode plus responsable j’ai d’abord étudié mon armoire. J’ai passé à la loupe toutes les étiquettes pour savoir où mes vêtements étaient fabriqués. Une fois cet exercice effectué, j’ai cherché à connaître les conditions de fabrication. Autant vous dire que je me suis prise un mur. Impossible de savoir si les vêtements des grandes enseignes sont confectionnés dans de bonnes conditions, l’opacité est totale. J’ai donc décidé de dire au revoir à certaines marques que j’appréciais particulièrement, c’est notamment le cas de & Other Stories et COS.

Griffe Premium du géant H&M, & Other Stories offre une large gamme de chaussures, sacs, accessoires, produits de beauté et prêt-à-porter. La marque suédoise possèdent des ateliers de création à Paris et Stockholm mais la plupart de ses pièces sont fabriqués en Asie. Comme évoqué précédemment, la marque ne communique pas sur les conditions de fabrication de ses produits, elle n’applique aucune transparence, ce qui laisse à penser que l’éthique est loin des préoccupations de l’enseigne. Les matériaux sont soit disant « soigneusement sélectionnés », mais idem sur le sourcing des matières, impossible de connaître la moindre traçabilité.

H&M_2

Il en va de même pour COS (Collection of Style). Son positionnement est plus haut de gamme. On trouve essentiellement des basiques dans des couleurs unies pour homme, femme et enfant. L’enseigne est implantée en Europe avec une quarantaine de boutiques. Si COS se positionne sur un créneau luxe, la fabrication est principalement asiatique, sans aucune garantie sur les conditions des travailleurs.

Si d’apparence les produits COS  et & Other Stories semblent de meilleure qualité que ceux de leur grand-frère H&M, la transparence reste un tabou encré dans les valeurs du groupe. Ainsi, ne nous laissons pas berner par les artifices de communication, les magasins design et les pseudos produits « haut de gamme ». Il faut parfois s’éloigner des marques que l’on affectionnait pour mieux consommer. D’autant plus qu’on peut trouver des marques équivalentes : préférez Maison Standard à COSReformation au lieu d’& Other Stories. Il existe bon nombre de marques bien plus éthiques que les enseignes suédoises !

Crédits photos : COS& Other Stories, Who made your clothes – Fashion Revolution 

OLOW, LABEL ARTISTIQUE ÉTHIQUE

OLOW, LABEL ARTISTIQUE ÉTHIQUE

Dans le paysage des marques masculines responsables, Olow est un acteur à ne pas manquer. Fondée en 2006 par Mathieu Sorosina et Valentin Porcher à Montreuil, la marque originaire de Seine Saint-Denis s’est affirmée entre la culture street et la mode masculine intemporelle.

Chaque saison, Olow s’inspire de l’atmosphère du moment pour créer des collections allant des basiques aux imprimés audacieux. Plus qu’une marque de prêt-à-porter, Olow est un label artistique. Mathieu Sorosina et Valentin Porcher collaborent avec différents artistes et sortent régulièrement des collections capsules. En ce moment, c’est l’artiste Jean Jullien qui est mis à l’honneur avec des motifs inspirés de la BD (à découvrir ici). Par ailleurs, la boutique (48, Rue de Montmorency – Paris – 3ème) expose sans cesse des dessinateurs, peintres, graphistes ou encore sculpteurs. Depuis plus de onze ans, Olow possède à son actif une centaine de collaborations artistiques sur le textile, des expositions, concerts et films, ainsi qu’un magazine papier.

OLOW_2

Outre sa culture artistique, la marque se veut exemplaire sur la production de ses produits. Ainsi, Olow s’efforce de commercialiser des vêtements de qualité fabriqués au Portugal, à quelques kilomètres de Braga, dans des usines familiales. L’éthique est au centre des valeurs de Mathieu Sorosina et Valentin Porcher qui connaissent parfaitement leurs prestataires. Le choix du Portugal s’est fait dans un souci de «développement durable, social et économique à l’échelle européenne». Il s’est également imposé du fait que leurs fournisseurs parlent français, ce qui n’est pas négligeable dans le choix d’un prestataire.

OLOW_3

Vous pouvez retrouver la collection d’Olow sur leur e-shop, dans leur boutique, ainsi que dans plus de 200 points de vente. Les prix correspondent à une gamme moyenne, et bien plus abordables que certaines marques qui fabriquent en Asie sans aucune transparence sur leur production.

Crédits photos : Olow

MUUDANA, QUAND L’ARTISANAT TRADITIONNEL RENCONTRE LA MODE

MUUDANA, QUAND L’ARTISANAT TRADITIONNEL RENCONTRE LA MODE

Quand j’ai commencé à m’intéresser à la mode responsable, mon premier réflexe a été de bannir le made in Asie de mon dressing. J’associais la fabrication asiatique aux mauvaises conditions de travail. C’est malheureusement souvent le cas, mais il ne faut pas généraliser. Il existe des ateliers et usines dans lesquels l’humain est respecté, les règles de travail encadrées. On trouve des marques qui font le choix d’une production en Asie dans un modèle responsable et durable. C’est notamment le cas de Muudana qui nous emmène au Cambodge pour sa première collection.

En effet, Muudana souhaite mettre en avant les hommes et femmes, les artisans qui fabriquent nos vêtements et que l’on oublie si souvent. Quand on s’habille le matin, on ne pense jamais à la personne qui a travaillé pour nous confectionner nos habits, si intimes soient-ils. Ainsi la jeune marque responsable souhaite mettre en avant les savoirs-faire traditionnels en recréant un lien entre consommateurs et producteurs. La transparence est une valeur fondamentale pour Muudana. Ainsi, les vêtements de la marque sont confectionnés au Cambodge en atelier solidaire respectant les droits des travailleurs. Muudana a établi des partenariats durables avec des organisations équitables locales.

Derrière ce nouvel acteur de la mode responsable, on trouve Aude, la fondatrice. L’aventure Muudana est née il y a 12 ans, au Pérou. Aude y découvre les tissages traditionnels. Les vêtements artisanaux utilisent des savoirs-faire fascinants, mais leurs designs ne correspondent pas aux critères vestimentaires contemporains. C’est alors que dans la tête d’Aude germe l’idée de créer une marque alliant modernité, tissus traditionnels, et confection équitable. Aude continue sa trajectoire qui l’emmène en Afrique où elle développe des projets d’économie sociale en travaillant pour une ONG. Enrichie de ses diverses expériences, Aude se lance en 2016 dans la réalisation de son rêve et fonde Muudana qui signifie « vêtement » en Quechua, langue native du Pérou.

MUUDANA_2

Outre son engagement social, Muudana s’efforce de respecter un modèle de développement durable.  Dans cette optique, Aude s’engage à ne produire qu’à partir de tissus issus de fibres naturelles. Actuellement, la marque n’utilise que deux types de matières pour sa première collection : du coton up-cyclé et de la soie. Au Cambodge, nombreuses sont les manufactures textiles qui confectionnent des vêtements pour des marques internationales. Muudana rachète les chutes de tissus en coton, favorisant le coton recyclé. Quant à la soie, il s’agit d’utiliser de la soie tissée à la main au Cambodge, sur des métiers  traditionnels. Cette soie provient majoritairement du Vietnam Sud. Dans les deux cas, pour la coloration du coton et de la soie, les teintures sont non toxiques.

À moyen terme, l’objectif de Muudana est de produire là où se trouvent les matières premières pour limiter l’impact environnemental des déplacements. La marque souhaite étendre ses partenariats là où se trouve les cultures :  au Pérou pour l’alpaga et le coton, en Inde pour le coton et le cachemire, au Vietnam et France pour le lin. Cela permet de rationaliser les transports.

Pour son lancement, Muudana propose une première collection composée de 5 pièces : un top, une jupe, une robe, un pantalon ainsi qu’un kimono. La marque est actuellement en campagne de crowdfunding sur Ulule, et la collection est disponible en pré-vente ici. L’objectif est à deux doigts d’être atteint, il ne manque plus qu’un petit coup de pouce !

Crédits photos : Muudana

 

AMA ETC, LE MULTI-MARQUES POUR ENFANT RESPONSABLE

AMA ETC, LE MULTI-MARQUES POUR ENFANT RESPONSABLE

Alala, je ne vanterais jamais assez les louanges d’Instagram, véritable mine de pépites de marques responsables ! Maman de deux adorables petits démons de 4 et 2 ans, je cherche sans cesse des marques correspondant aux critères éthiques et environnementales que je me suis fixée. Ainsi j’ai découvert le site de vente en ligne Ama etc., sorte de Smallable dédié à la mode enfant responsable.

AMA_ETC_2

Comme bien souvent dans les histoires de marques de mode enfant, Ama etc. a vu le jour parce qu’une maman souhaitait offrir le meilleur pour son enfant. Tout démarre d’une prise de conscience et d’une envie de mieux consommer. C’est la raison pour laquelle, Amaryllis, maman parisienne a décidé de créer un concept store sélectif pour mettre en avant des marques qui s’engagent à produire en respectant les hommes et l’environnement, qui proposent une démarche éco-responsable, éthique et durable. 

AMA_ETC_1

Sur le site, on trouve une sélection de créateurs de vêtements (de 0 à 8 ans), accessoires, jouets, soins adaptés aux petits,… Ils répondent tous aux critères et valeurs responsables d’Amaryllis. Les marques proviennent d’un peu partout : Europe, avec notamment pas mal de marques scandinaves, anglaises et françaises (dont Poudre Organic dont je vous avait déjà parlé ici), mais également d’Argentine ou Etats-Unis. Afin de discerner les valeurs de chacune, Ama etc. a mis en place un code de pictogrammes, reprenant les caractéristiques de production des marques :

Le site est très agréable, les produits bien présentés, et les prix, qui varient selon les marques, restent tout à fait accessibles. Je vous le recommande chaleureusement, c’est une superbe découverte. Je souhaite à Ama etc. autant de succès que Smallable !

Crédits photos : Ama etc., Minois, Minimalisma, Cam Cam, Briar Handmade, Amy and Ivor

SÉLECTION DE MANTEAUX RESPONSABLES F/W17

SÉLECTION DE MANTEAUX RESPONSABLES F/W17

L’été joue les prolongations, mais l’hiver finira bien par arriver ! Alors en anticipation, voici une sélection de manteaux responsables pour braver le froid en étant chic et éthique.

1. Manteau Natalya en peau lainée APC. Fabriqué en Espagne. Disponible en ligne ou en boutique.

2. Manteau long Raku Macadame en laine Valentine Gauthier. Fabriqué en Pologne. Disponible en ligne.

3. Manteau Maggy en laine Harmony. Fabriqué en Roumanie. Disponible en ligne ou en boutique.

4. Manteau en laine During – Archive Roseanna. Fabriqué en France. Disponible en ligne ou en boutique.

MANTEAUX_2

5. Manteau Fergus Broadcloth en laine et cachemire Valentine Gauthier. Fabriqué en Pologne. Disponible en ligne.

6. Manteau Auguste Off White en bouclette en laine Margaux Lonnberg. Fabriqué en Macédoine. Disponible en ligne ou chez Centre Commercial.

7. Manteau Oan Jacquard Off White/noir oversize en lainage pied de coq Ekyog. Disponible en ligne et en boutique.

8. Manteau Katsura en bouclette de laine A Kind of Guise. Fabriqué en Allemagne. Disponible en ligne.

Si votre porte-monnaie ne vous permet pas d’acquérir un manteau éthique, les friperies restent la solution la plus économique. En général, on y trouve des manteaux en laine très chauds de l’époque nos grands-parents, car la fast-fashion n’était pas encore née, et les manteaux en matière synthétique qui ne réchauffent rien à part la planète n’existaient pas encore !

Si vous êtes plutôt branché doudoune, je vous invite à lire l’excellent article de Manon d’Happy New Green, hyper précis et complet sur la question.