AGNES DE VERNEUIL, BIJOUX INTEMPORELS ET DURABLES

AGNES DE VERNEUIL, BIJOUX INTEMPORELS ET DURABLES

Aujourd’hui, la mode est souvent éphémère, on consomme des vêtements dans l’air du temps, sans trop prêter attention à la qualité des produits.  En revanche, lorsqu’il s’agit de s’acheter ou d’offrir un bijou précieux, on souhaite qu’il traverse les saisons, qu’il nous accompagne toute une vie, avant de le transmettre à un être cher. Si on s’accorde pour rechercher leur qualité, on s’interroge moins sur la manière dont sont fabriqués nos bijoux. Dans un souci de transparence, la joaillière Agnès de Verneuil communique volontiers sur les conditions de fabrication de ses créations intemporelles.

Après des études de mode à Paris, Agnès de Verneuil part vivre son rêve Indien aux pays des Maharadjas. Elle travaille trois ans auprès de la créatrice Marie-Hélène de Taillac et découvre les ateliers de bijoux précieux. De retour à Paris, imprégnée de l’atmosphère épicée et chatoyante de l’Inde, elle crée en 2009 sa première collection de bijoux d’inspiration ethnique et antique.

Agnès de Verneuil dessine ses modèles à Paris mais c’est en Inde, à Jaipur, que ses bijoux prennent vie. Chaque pièce est élaborée avec les artisans de l’atelier, qu’elle connaît personnellement, avec qui elle collabore depuis ses débuts. La relation et les conditions des travailleurs sont primordiales pour la créatrice. Engagée sur le plan humain, Agnès de Verneuil est actuellement en train de monter un partenariat avec une écoles pour filles près de son atelier fournisseur. Pour chaque bijou acheté, la créatrice versera une contribution pour aider les fillettes à bénéficier d’une éducation et ainsi préparer leur avenir.

ANGNES_DE_VERNEUIL_3

Une fois en France, les bijoux d’Agnès de Verneuil sont minutieusement vérifiés. La créatrice travaille exclusivement l’argent 925 et crée des bijoux que l’on garde toute sa vie et que l’on transmet. En plus d’être reconnu pour sa solidité, l’argent, tout comme l’or, n’est pas une matière allergène, aucun risque pour la peau.

Pour ses créations en vermeil, la joaillière fait appel à un doreur parisien. Les bijoux en argent massif sont recouverts de 5 microns d’or 24 carats, et c’est ce procédé qui porte le nom de vermeil dont l’appellation est protégée.

Aux grès des collections, Agnès de Verneuil mélange l’argent et le vermeil à quelques  touches de couleurs. Dans sa collection permanente, on retrouve des bagues simples, trois rangs ou semainiers, créoles, bracelets et pendentifs à porter seul ou à superposer. Pour sa dernière collection, Neptune, Agnès de Verneuil prend le large et nous emmène dans l’univers enivrant des Océans : ancres, croix et pierres naturelles ornent les nouvelles créations.

ANGNES_DE_VERNEUIL_1

Les bijoux d’Agnès de Verneuil sont en vente sur l’eshop de la marque ainsi que dans plus de 50 points de ventes à retrouver ici.

Crédits photos : Agnès de Verneuil 

FÊTE IMPÉRIALE, DES CREATIONS D’EXCEPTION FRANÇAISES

FÊTE IMPÉRIALE, DES CREATIONS D’EXCEPTION FRANÇAISES

Si la France a su s’imposer comme leader dans le domaine de la mode, c’est grâce à ses artisans et à son savoir-faire. Les marques de luxe continuent de produire dans l’hexagone qui reste un vivier de talents qualifiés. Leurs créations sont de véritables sources de rêve et d’inspiration. C’est notamment le cas de Fête Impériale, pépite voluptueuse française.

Inspirée par le Paris libre du XIXème siècle et la décadence des nuits folles des années 80, Laura Gauthier Petit fonde Fête Impériale en 2015. La créatrice se nourrit de la richesse culturelle du Second Empire et de son architecture baroque. Elle mixe avec subtilité les références érotiques et esthétiques de la Belle Epoque à la désinvolture subversive du mouvement punk 80’s. À la fois androgynes et supra féminins, les vêtements sont fluides, oversizes, transparents ou à motifs très chargés, sans jamais dépasser la limite du raisonnable. Laura joue avec brio les équilibristes entre sensualité féminine et masculine.

FETE_IMPERIALE_1

Pour chaque collection, Laura crée un imprimé dans l’idée d’inventer des « pièces tableau » où le vêtement devient un support d’expression artistique. Les couleurs sont flamboyantes, les coupes tombent parfaitement sur les silhouettes. Laura sélectionne avec soin des matières qui s’inspirent des tissus d’ameublement et des tenues du 19ème siècle : satin duchesse, soie, velours de coton et soie, « Gobelin » (technique de tissage du tissu reprenant l’idée des tapisseries/tentures du 19ème siècle). Le savoir-faire français est mis sur un piédestal. La plupart des créations sont fabriquées en France, notamment les pièces de maille qui sont confectionnées dans le sud ouest ; et les pièces en Angora sont tricotées à la main, en collaboration avec le label éthique certifié Angora de France.

FETE_IMPERIALE_2

Les créations de Fête Impériale sont des pièces d’exception qui restent plus abordables que le prêt-à-porter des marques de luxes. Le prix des robes varient entre 220 et 650€, les jupes et pantalons à partir de 200€. La marque est commercialisée sur son eshop ainsi que dans plusieurs points de vente. Alors si l’occasion vous le permet, soyez impériale !

Crédits photo : Fête Impériale 

FRENCH ROCKET, MARQUE INTERGALACTIQUE RESPONSABLE

FRENCH ROCKET, MARQUE INTERGALACTIQUE RESPONSABLE

Aujourd’hui, la mode responsable reste un ovni dans le milieu de la mode. Même si de plus en plus de marques prennent conscience de la nécessité de réduire leur emprunte écologique et de re-favoriser l’humain, cela reste une véritable conquête vers de nouveaux horizons. French Rocket fait parti des marques conquérantes !

La jeune marque se définit comme la première marque intergalactique de prêt-à-porter. C’est suite à un voyage aux Etats-Unis et aux visites des grands centres et musées sur l’Espace (Cap Canaveral, Houston, DC, Meteor Crater en Arizona), que Thomas et Mathieu, les co-fondateurs de French Rocket, ont eu l’idée de lancer leur marque en lien avec le domaine spatial. Ainsi on retrouve sur leurs créations des écussons inspirés de la NASA et des différentes missions spatiales (Missions Apollo,…). Avec le nom French Rocket, ils ont souhaité mettre à l’honneur Ariane, la fusée franco-européenne.

FRENCH_ROCKET_2

Si l’Espace est une source d’inspiration inépuisable, le sort de notre belle planète et de ses habitants n’est pas en reste pour les deux créateurs. Thomas et Mathieu ont deux objectifs majeurs : limiter l’impact sur l’environnement, valoriser les conditions de travail, et pour ce faire ils s’assurent que toute la chaîne de production de leurs créations soient labelisées et certifiées. Ainsi French Rocket a décidé de ne travailler qu’avec des fournisseurs et fabricants membres de la Fair Wear Foundation qui garantit de bonnes conditions des travailleurs du textile et de l’habillement.

La marque s’engage également dans le développement durable. Pour les matières première, elle n’utilise que du coton biologique, qui nécessite moins d’eau que du coton traditionnel ; de la laine, du tencel, du modal ou du polyester recyclé. Là encore, French Rocket ne collabore qu’avec des fabricants certifiés (GOTS, OCS Blended, OCS 100 et Oeko tex).

FRENCH_ROCKET_3

Selon les savoirs-faire, les collections de la marque sont fabriquées en Europe (Espagne) et Asie (notamment en Inde). Toutes les opérations de finition, dont les broderies, sont réalisées en France. Les collections homme et femme sont disponibles sur l’eshop de la marque à des prix très abordable (le sweat à partir de 49€, le T-shirt 25€, les vestes 120€). Alors pour un voyage spatial responsable, pensez à French Rocket !

Crédits photo : French Rocket

REFORMATION, LA FAST-FASHION RESPONSABLE

REFORMATION, LA FAST-FASHION RESPONSABLE

Peut-on être une grosse marque et produire de manière responsable ? Nos amis anglo-saxons sont assez avancés sur la question. En 2009, Yael Aflalo, ancienne mannequin, lance sa marque californienne eco-friendly Reformation. Son objectif est clair et ambitieux : créer une grande enseigne de mode, répondant à des principes éthiques et écologiques. Très vite, les stars telles que Rihanna, Alexa Chung ou encore Emily Ratajkowski deviennent des adeptes. La marque décolle et ouvre plusieurs boutiques aux Etats-Unis, en plus de l’eshop.

Reformation propose des collections limitées, produites et manufacturées localement à Los Angeles. Ainsi Yael Aflalo prouve que l’on peut produire en grande quantité, localement en se souciant du développement durable.  La marque porte trois valeurs fondamentale : l’environnement, l’équité sociale et les exigences économiques. Reformation, c’est en soi de la fast-fashion responsable.

REFORMATION_1

Dans un souci écologique, les bâtiments et infrastructures de la marque utilisent 100% d’énergie verte qui provient des éoliennes. L’éclairage est assuré par des LED. Ces installations écologiques permettent à la marque de réduire ses dépenses en eaux, de contrôler ses émissions de CO2 et de diminuer ses déchets. La société recycle 75% de ses déchets et espère, d’ici quelques années, pouvoir atteindre l’objectif du zéro déchet. 

La marque est également très active sur le plan social. Le bien-être est au centre des préoccupations. Ainsi Reformation propose à ses travailleurs des formations avec une possibilité d’évolution au sein de l’entreprise. La question des femmes et de leur place dans l’entreprise est également primordiale. Tout est mis en place pour que la société soit attractive aux meilleurs talents. Ce souci de l’humain passe également par la transparence sur la provenance des produits, ainsi que l’impact de la production sur la santé des travailleurs.

Mais là où la marque déploie le plus d’énergie, c’est sur son engagement environnemental. Pour pallier à la production de coton, qui même bio, reste très gourmande en eau, Reformation mise sur le développement technologique du textile. La matière phare qu’utilise la marque est le Tencel. Biodégradable, infroissable et doux au toucher, ses fibres sont extraites de la cellulose d’eucalyptus qui nécessite peu d’espace pour se développer. Il se cultive plus rapidement que le coton, et nécessite moins d’eau. Principalement fabriqué par la firme autrichienne Lenzing, le Tencel est aujourd’hui certifié par le label Oeko Tex100. Pour compenser les coûts énergétiques de la production de Tencel, Lenzing n’utilise que de l’énergie renouvelable pour pouvoir minimiser son impact écologique ainsi que le coût d’exploitation de cette fibre.

REFORMATION_4

Pour le reste de ses collections, Reformation utilise également des matières existantes qu’elle recycle. Elle utilise notamment des chutes de tissus de l’industrie textile. La marque est pionnière dans l’upcycling. Elle a également lancé un programme de recyclage en permettant à ses clients de renvoyer leurs vieux vêtements.

Pour mesurer son impact environnemental, Reformation a développé un logiciel de nommé Refscale. Par de savants calculs, ce logiciel récolte toutes les donnés sur les différentes étapes de la vie du vêtement et étudie son rapport à l’environnement : de la fabrication du textile jusqu’à sa vente et son recyclage. Cette outil permet notamment à la marque de mesurer les progrès qu’il lui reste à faire afin d’atteindre le zéro déchet. Et pour compenser ses émissions de CO2 rejetées, ses déchets non recyclés et ses dépenses en eau, l’entreprise participe à la replantation de forêts dans l’état de Californie et s’engage fortement en faveur de l’éducation des enfants à Los Angeles. Tout est donc pensé pour que l’entreprise soit la plus responsable possible.

REFORMATION_3

En terme de coûts, on reste très éloigné des petits prix des enseignes classiques de fast-fashion. On est plus sur une gamme de prix moyens à l’instar des Maje, Sandro, The Kooples. L’éthique en plus. Il est possible de passer commande de France via l’e-shop mais les frais de livraison sont assez élevés. Espérons donc que Reformation inspire des entreprise française. À quand la première marque de fast-fasion éthique française ?

Crédits photos : Reformation

JOLIES CULOTTES POUR FESSES RESPONSABLES !

JOLIES CULOTTES POUR FESSES RESPONSABLES !

Se couvrir le popotin sans se ruiner et de manière éthique et responsable c’est maintenant possible grâce à Jolies Culottes. Créée par Florie et Prune, deux jeunes femmes pleine d’ambition pour nos jolies, belles, dodues, plates, larges ou menues fesses, la marque émergente crée des culottes pour toutes les femmes. Je ne sais pas vous, mais j’ai dans mes tiroirs de belles culottes pour lesquelles je me suis ruinée, alors que je tourne toujours avec les mêmes, plus simples et plus confortables. C’est la raison pour laquelle Florie et Prune ont décidé de lancer leur marque de culottes qui taillent parfaitement bien : un 38 est un vrai 38, et surtout, elles sont belles et pensées pour ne jamais serrer. Cerise sur le gâteau, elles sont super accessibles !

JC_2

Le concept est super intéressant : vendues en ligne (ici), elles sont à 15€ l’unité, peu importe la matière, la forme ; et plus vous en achetez, plus le prix baisse. Ainsi, si vous en commandez trois, elles passent à 9€ l’unité. Le prix descend jusqu’à 6€ si vous en achetez dix. On peut même les commander à plusieurs. Le site permet de payer en divisant l’addition, chacun peut régler sa part en tapant le mot magique « planculottes ».

bandeau-offre

Je vous vois venir ! « À ce prix là, elles doivent être fabriquées en Asie dans de terribles conditions ! ». Eh bien pas du tout ! Elles sont made in Europe : toutes les Jolies Culottes sont pensées et dessinées à Paris. Elles sont ensuite fabriquées au Portugal, dans la région de Porto, par une usine familiale et renommée dans le secteur de la lingerie. Flore et Prune suivent de près leurs culottes et peuvent ainsi proposer un excellent rapport qualité/prix. Les tissus utilisés sont italiens et portugais, certifiés Oeko-Tex® 100 sans addition de produits chimiques afin de préserver nos parties les plus intimes. Toutes les culottes sont réalisées avec des fonds de culottes 100% coton.

JC_3
Enfin, la marque propose « un vrai 34, mais aussi un vrai 44 » ! Florie et Prune en font un point d’honneur. Elles ont créé leur marque car elles ne supportaient plus toutes les marques qui affichent une taille 40 pour une taille réelle 36. Elles ont donc minutieusement travaillé avec une modéliste pour que leurs culottes se posent sur nos hanches, sans jamais serrer. Il n’y a rien de pire qu’une culotte qui lacère la fesse ou rentre dans le derrière ! Merci de penser à nos jolis fessiers Jolies Culottes.
Crédits photos : Jolies Culottes