L’UNIVERS VITAMINÉ DE BOBO CHOSES

L’UNIVERS VITAMINÉ DE BOBO CHOSES

L’Espagne possède un vivier de marques pour enfants super fun. Bobo Choses en fait partie. Fondée en 2008 à Barcelone par deux illustratrices, Laia Aguilar et Adriana Esperalba, l’enseigne pour kids propose des vêtements ludiques et vitaminés, loin des vêtements de premier de la classe. Depuis la création de la marque, les deux fondatrices se sont séparées, Adriana a pris la tête de l’entreprise, et Laia a fondé The Animals Observatory, marque pour enfant tout aussi cool.

Chaque collection Bobo Choses raconte une histoire à travers des imprimés colorés et gais. La marque développe un monde à part entière, avec pour chaque saison un nouvel univers. Le thème de la collection automne/hivers 2017 « Dear World » est l’Océan, ses habitants et sa protection. De quoi éduquer nos enfants sur les enjeux écologiques tout en s’habillant et s’amusant. Chouette idée !

BOBO_CHOSES_V2

Les vêtements Bobo Choses sont pensés pour les enfants. Encore une fois, on est loin des habits du dimanche. Avec Bobo Choses, on joue, on rit, on court ! Les coupes et les matières sont confortables et douces. La marque, soucieuse de l’environnement, utilise notamment du polyester recyclé et du coton biologique. La production des produits est locale, les vêtements sont fabriqués en Espagne et Portugal. 

Côté prix, on est sur une gamme moyenne, comptez le pull à partir de 59€, le sweat dès 49€, le T-Shirt 31€. Bobo Choses est en vente sur l’e-shop de la marque, au Centre Commercial, Smallable et en boutique dans divers multi-marques à retrouver ici.

BOBO_CHOSES_V3

Crédits photo : Bobo Choses

NOYOCO, L’ÉTHIQUE NON GENRÉE

NOYOCO, L’ÉTHIQUE NON GENRÉE

Et si l’égalité des sexes s’obtenait par les vêtements ? Et si nos habits n’étaient plus genrés ? C’est le pari du label Noyoco qui propose des collections mixtes de basiques. Le concept est original : des vêtements 100% unisexes, des pièces interchangeables qui s’adaptent aussi bien aux morphologies des hommes que des femmes. La parité de l’armoire en soi !

Noyoco est une marque parisienne créée en 2012 par trois potes : Alexis Bance, Louis Goulet et Benjamin Nicolas. Alors que rien ne les prédestinait à travailler dans la mode, les trois acolytes lancent No Youth Control à New York, avec comme ligne directrice l’idée selon laquelle la jeunesse est un état d’esprit qui se cultive et qui ne connaît pas de frontière. Après une première collection sortie à Brooklyn, ils rentrent finalement au pays et créent Noyoco, un concept-store branché aux Batignolles.

NOYOCO_V3

À l’image de ses fondateurs, la marque a saisi les codes de la jeunesse urbaine qui est de plus en plus concernée par les questions d’environnement, de confort et de liberté des sexes. En plus d’être mixte, la griffe commercialise des vêtements responsables. Si l’éthique est tendance et que les marques rusent du « Made in », la traçabilité des matières reste souvent un mystère. Or chez Noyoco, la provenance des matières utilisées est fièrement affichée : elles sont haut-de-gamme, fabriquées par des tisseurs italiens, portugais, français. Essentiellement en tissus de fibres naturelles, bio ou recyclés, les vêtements sont composés de matières durable tels que le coton, le lin, ou le bambou.

Toujours dans un souci écologique, le label affiche comme challenge de rapprocher autant que possible le lieu de fabrication du lieu de vente des collections. Le but étant de réduire l’empreinte carbone des vêtements avant qu’ils n’arrivent en boutique. Ainsi cet engagement pousse Noyoco à produire le maximum de ses pièces en Europe. Une majeure partie des vêtement est même confectionnée à Paris.

NOYOCO

Créer une mode d’intemporels unisexes permet d’assurer une pérennité aux vêtements. On les achète pour durer. Noyoco est un exemple parfait de Slow Fashion qui évoque la modernité que l’on recherche aujourd’hui dans une logique de consumérisme limité au profit de la qualité et du développement durable. Minimalistes et décontractés, ce sont des vêtements pour jeunes actifs à la recherche d’un confort élégant. Niveau prix, on est sur une gamme tarifaire moyenne, comptez le T-Shirt à partir de 55€, le sweat 75€, le pantalon dès 125€ et le manteau à 380€. Les prix deviennent vraiment abordables en période de solde, la dernière collection est toujours disponible sur l’eshop de la marque ou en boutiques

Enfin, le label propose, en plus de ses propres collections, une sélection des objets et accessoires pointus venus du monde entier, fabriqués à la main, artisanalement, dans des matières naturelles, recyclées… De quoi voyager éthique pas loin de chez soi !

Crédits photo : Noyoco

 

 

MATT & NAT, SACS VEGANS RESPONSABLES

MATT & NAT, SACS VEGANS RESPONSABLES

Qu’est-ce qu’un sac responsable ?  S’agit-il d’un sac fabriqué dans de bonnes conditions sociales ? D’un sac écologique ? Ou d’un sac sans matières animales ? Matt & Nat regroupe ces trois caractéristiques. Elle est donc l’une des marques de maroquinerie les plus éthiques et responsables qui soit.

C’est en 1995, à Montréal qu’Inder Bedi fonde Matt & Nat à la fin de ses études universitaires. Le jeune homme est végétarien et rêve d’une marque de maroquinerie ne contenant aucune matière animale. Inder Bedi n’a alors pas un sous, et décide de vivre chez des proches, le temps d’économiser suffisamment d’argent pour lancer son entreprise. Durant cette période, il se forme au design et métier de maroquinerie. Il dessine ses premiers modèles qu’il fait fabriquer à Montréal sous le nom de Matt & Nat qui est la contraction de Mat(t)ériel et Nature. Le design et le sens du détail font rapidement le succès de ses sacsSix ans plus tard, Inder Bedi trouve un nouvel investisseur et décide de délocaliser la fabrication en Asie afin de mener une politique tarifaire accessible.

MATT&NAT_V3

Aujourd’hui Matt & Nat est sans doute la marque de maroquinerie végane la plus connue. Elle n’utilise aucun cuir ou autres matières d’origines animales. Divers cuirs végétaliens sont utilisés pour fabriquer les produits. La plupart sont en PU (polyuréthane) ou en PCV (polychlorure de vinyle). Le PU est moins nocif pour l’environnement et la marque s’efforce de l’utiliser le plus possible. Car Matt & Nat est très soucieuse de l’écologie, et l’entreprise ne cesse de chercher des procédés novateurs pour devenir de plus en plus durables et respectueux de l’environnement. Au fil des années, la marque a expérimenté différents matériaux recyclés tels que des nylons recyclés, des cartons, du caoutchouc et du liège. Depuis 2007, Matt & Nat s’est engagé à utiliser 100 % de bouteilles en plastique recyclées pour ses doublures de sacs. En moyenne, cela représente plus de 120 000 bouteilles recyclées par an, soit environ 21 bouteilles en plastique pour chaque sac produit.

 

MATT&NAT_V2

Concernant la confection des produits, tous les sacs sont fabriqués en Chine. La marque communique sur le fait de travailler avec de petites usines qu’elle connaît parfaitement et qu’elle visite régulièrement pour contrôler les conditions de travail. L’une d’entre elle est certifiée SA8000, et c’est pour la marque un objectif pour les autres lieux de fabrication. Cela doit devenir une norme standard dans les années à venir.

Matt & Nat propose des sacs dans des styles intemporels, basiques et élégants. Sacs à dos, cabas, sacs en bandoulière, il y en a pour tous les goûts, de plusieurs couleurs, dans des lignes épurées et donc indémodables. Côté prix, la production en Chine permet de proposer des sacs très abordables autour des 100-180€, beaucoup plus économiques que des sacs en cuir traditionnels. Ils sont en vente sur l‘e-shop de la marque.

 Crédits photo : Matt & Nat

HUNDRED PIECES, VÊTEMENTS CONFORTABLES POUR ENFANTS STYLÉS

HUNDRED PIECES, VÊTEMENTS CONFORTABLES POUR ENFANTS STYLÉS

Si vous êtes parents, nul doute que vous connaissiez Smallable. Le site de vente en ligne est devenu un incontournable de la mode enfants pour parents pressés qui préfèrent acheter sur internet plutôt que se taper les magasins avec leur progéniture le samedi (tout parent ayant tenté l’expérience sait à quel point cette pratique est proche de l’enfer sur Terre !). Jeunes créateurs, marques de luxe et mainstream se côtoient sur le site ou en boutique (concept-store à Paris au 81, rue du Cherche Midi).

Cécile Roederer a créé Smallable en 2008 suite aux revendications de ses amies mamans qui se plaignaient de la difficulté de trouver de jolis vêtements pour enfants. Fort de son succès Smallable commercialise aujourd’hui plus de 600 marques plus ou moins responsables. Levés de fonds après levés de fonds, l’entreprise de Cécile Roederer ne cesse de croître.

HUNDRED_PIECES_V3

Ce qui m’intéresse aujourd’hui c’est Hundred Pieces, la marque pour enfants de 2 à 16 ans créée par Smallable en 2014. Cécile Roederer connaît sur le bout des doigts les attentes des parents pour la mode enfants et ses choix pointus se retrouvent dans les collection d’Hundred Pieces. Ce sont des vêtements tendances et branchés, confortables pour jouer et courir, dans une gamme de prix moyens (comparables à Petit Bateau). Le principe de base : 100 pièces « easy to wear » d’inspiration urbaine et sportswear vintage.

Rien n’est laissé au hasard. Parce que la marque sait que que les parents d’aujourd’hui veulent le meilleur pour leurs petits, Hundred Pieces propose des vêtements en matières naturelles, douces comme le jersey de coton « doudou » et le molleton de coton particulièrement souple et agréable à porter. 

HUNDRED_PIECES_V2

Dans un souci de qualité, les collections, conçues à Paris, sont produites exclusivement au Portugal. Ainsi les parents soucieux de l’éthique de fabrication des vêtements sont satisfaits d’acheter du made in Europe. D’ailleurs, c’est un sujet sur lequel Smallable communique aisément, puisque sur le site, les vêtements fabriqués en Europe sont mis en avant dans la description par le « Made in Portugal, Made in Spain, Made in Italy,… » contrairement aux produits confectionnés en Asie où rien n’est mentionné ! C’est donc facile de faire le tri. Amusez-vous à regarder si la provenance de fabrication des marques est ou non indiquée, vous serez surpris ! Prix et renommée ne veulent rien dire. En tout cas, aucun souci pour les vêtements Hundred Pieces, le Made in Portugal est bien là !

Liste des points de vente ici.
Crédits photo : Hundred Pieces

CÔME : FINI LE DUALISME MODE ET ETHIQUE !

CÔME : FINI LE DUALISME MODE ET ETHIQUE !

Quand je parle de mode responsable, nombreuses sont les personnes qui me rétorquent que les jeunes sont nés avec la fast-fashion et qu’ils n’en sortiront pas. Or je constate que les nouvelles générations sont très concernées par les conditions sociales des travailleurs textiles, ainsi que par la qualité des produits.  Ainsi, portant ses valeurs, Clémence et Matthieu Dru, frère et soeur, se lancent en 2014 dans l’aventure du prêt-à-porter. À seulement 25 ans, Clémence fraîchement diplômée d’école de mode souhaite créer sa marque. Matthieu, 23 ans, vient tout juste de terminer son master en entrepreneuriat et finance. Les deux frère et soeur allient leurs compétences et fondent Côme. Fibre artistique pour l’une et pragmatisme pour l’autre, leurs qualités s’opposent et se complètent à merveille. Il faut dire que cette dualité a toujours existé dans leur famille : leur père est un célèbre publicitaire et leur mère sculptrice, affaires et création font donc bon ménage.

COME_V2

Pour le nom de leur marque, Clémence et Matthieu s’arrêtent sur Côme. Prénom mixte issu du grec Kosmos, Côme signifie Univers, mais aussi harmonie et équilibre des choses entre elles. Encore une fois, la jeune marque française encre ses valeurs autour de l’opposition qui s’accorde. Si bien qu’on retrouve ce dualisme jusque dans leurs produits. Réversibles, bicolores, bi-matières, asymétriques, toutes les créations de Côme sont composées d’accidents heureux dont les concordances fonctionnent à merveille. On passe sans sourciller d’une matière fluide et précieuse telle que la soie, au denim ou coton épais.

Pour la prochaine collection automne/hiver 2017, les pièces sont résolument futuristes : imprimé bleu nuit étoilé, tissus argenté ou vernis, coupes oversizes. La femme Côme est maîtresse de sa destiné, héroïne des temps moderne prête à conquérir l’Univers.

COME_V3

Pour la fabrication de ses collections, Côme a choisi de produire ses pièces à Paris et Porto. La marque collabore avec des fournisseurs européens qui possèdent de petits ateliers de confection familiaux sélectionnés pour leur savoir-faire traditionnel. La qualité est un engagement fort pour Clémence et Matthieu.

L’éthique et les conditions de travail sont très importantes aux yeux du duo familial. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, pour la broderie de leurs vestes, Côme travaille en partenariat avec les associations sénégalaises CSAO et La Maison Rose. La Maison Rose est une association basée à Dakar qui recueille et accompagne des femmes et des enfants des rues et la CSAO aide des femmes à se réinsérer en leur apprenant des métiers tels que la broderie. Ainsi les vestes fabriquées en France sont ensuite envoyées au Sénégal dans un centre d’apprentissage de la confection textile qui regroupe essentiellement d’anciennes femmes battues. 20% du montant final des vestes sont ensuite reversé aux brodeuses de l’association.

Côté prix, le made in France a un coût, et les vêtements ne sont pas donnés. Il s’agit plus d’acheter une pièce coup de coeur que toute la collection. C’est tout l’enjeu d’une consommation raisonnée, on achète moins mais mieux : une belle pièce de créateur plutôt que dix chez une grande enseigne qui aura exploité la misère…

En ce moment, la collection été est toujours en vente à -50%, à retrouver en magasins ou sur l’eshop de la marque.

Crédits photo : Côme