DIKT’ART, LE STREETWEAR RESPONSABLE

J’aime l’idée que la mode responsable est partout où on ne l’attend pas. Je m’explique, quand je parle de ma démarche de consommation éthique, c’est comme s’il me poussait un sarouel à travers les yeux de mes interlocuteurs ! Aujourd’hui, je vais vous parler streetwear et mode éthique, oui, oui, ça existe, et notamment de Dikt’art.

Dikt’art est une marque unisexe française fondée début 2015 à Tours par Paul Aimé, alors fraîchement diplômé d’un bachelor de l’Esten Sup’Édition (l’école tourangelle multimédia spécialisée dans les métiers de l’édition et de la communication). Passionné par la mode, le graphisme et le street art, Paul s’entoure d’artistes pour créer ses collections. Le skateboard, la culture hip-hop, la photographie, l’art contemporain sont des sources d’inspirations indéniables pour la marque de streetwear. Mais le jeune fondateur se focalise également sur la qualité et l’éthique de sa marque. Tous les articles sont imprimés en France en sérigraphie ou à l’aide d’une imprimante numérique.

OK, c’est bien beau d’imprimer en France, mais d’où viennent les T-shirts et sweats ? Hors de question pour Dikt’art de fabriquer ses vêtements dans des conditions sociales plus que douteuses, Paul souhaite inscrire son projet dans une politique de développement durable. Les produits sont fabriqués en Asie (Chine et Bangladesh) et en Europe pour quelques créations particulières (Portugal et Turquie). Mais attention, pas dans n’importe quelles conditions. La marque collabore avec peu de prestataires, ce qui lui permet de contrôler la qualité des usines et de s’assurer du respect des normes sociales et environnementales. Dikt’art souhaite être très transparent sur sa production, notamment sur la partie asiatique. « La question qu’il faut se poser n’est pas où nous produisons mais plutôt comment nous produisons. Comme d’autres marques responsables, nous avons prouvé qu’il est possible de produire en respectant la condition des travailleurs et au delà de ça en les aidant à développer de nouvelles compétences et être contents et fiers de leur travail. » L’idée est donc de travailler dans le temps avec les fournisseurs pour améliorer la qualité des produits ainsi que de progresser sur l’évolution sociale des mentalités et des pratiques. Pour mener à bien ce défit, Dikt’art est devenu membres de la Fair Wear Foundation (je vous renvoie à l’article guide des labels).

DIKTART_V3

Par ailleurs, dans un souci de protection de l’environnement, Dikt’art n’utilise que du coton biologique, de la laine, du tencel, du modal ou du polyester recyclé. L’avantage du coton bio c’est la réduction de consommation d’eau nécessaire à sa production ainsi que l’absence de pesticides. Quant aux matières synthétiques, elles proviennent du recyclage des déchets plastiques. Le tout labélisé GOTS, Ecocert et Oeko tex.

Découvrez la collection actuelle dans la vidéo ci-après :

L’avantage de produire en Asie, ce sont les prix accessibles. Les sweats sont à partir de 39€ pour les femmes, 45€ pour les hommes et les T-Shirts à 29€.

Crédits photo : Dikt’Art

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s